Monday, January 6, 2014

Réponse aux sollicitations de lectures

Il m'arrive d'être sollicité pour une lecture/chronique de lecture d'un livre. Sans vouloir être sec, il me semble important de mettre des limites à ce à quoi je m'engage (ou non). Voici un mail que je compter réutiliser...



Bonjour,

Comme vous l'avez sans doute constaté, je suis assez "dissipé" sur mes
lectures, tant en tant que langue (plus d'anglais d'ailleurs) que de
genre, avec une prédominance toutefois pour la SF et le Fantasy. Je
pratique exclusivement les chroniques comme loisir, n'en tire aucun
revenu, et ai plus l'habitude de décider après lecture de chroniquer
un livre plutôt qu'avant.

Le mieux que je sois près à vous proposer pour l'instant est de mettre
le premier de vos livres dans ma pile (sans ordre de priorité qui
soit), et si après lecture je souhaite le chroniquer, je le ferais. Je
me réserve le droit de le chroniquer autant en bien qu'en mal.

Même si j'ai un peu de trafic sur mon blog, je ne peux pas vous en
garantir plus que ça, mais si vous appréciez ma chronique, je vous
autoriserais à la citer, ou la recopier en son intégralité, à
condition toutefois de garder un lien vers mon billet.

Enfin, étant donné que je boycotte Amazon, je ne publierai pas mon
commentaire chez eux.

Si ces conditions vous conviennent (et encore une fois sans garantie
de résultat), ce sera avec plaisir que ma Pile à Lire accueillera
votre livre, de préférence au format epub.

Cordialement,

TheSFReader

Monday, October 21, 2013

Lettre aux députés "Nums"

Voici une copie d'une lettre que j'ai envoyée à 6 députés sensibles au numérique le 8 Octobre dernier. A ce jour (21 Octobre), j'ai reçu une réaction de deux d'entre eux.





Monsieur le député, (évidemment modifié selon les cas)

Je m'appelle XXXXXXXXX, mais sévi sur internet sous le pseudonyme de TheSFReader.
Je suis un lecteur passionné, un technophile convaincu, et consacre une partie de mes loisirs à la lecture (surtout numérique) et aux discussions autour.

Dans ce domaine, une part importante du marché est dominée par de grands groupes étrangers (Apple, Amazon, Kobo, Google, et indirectemet Adobe) qui ont une approche très libérale de la culture, et qui utilisent régulièrement DRMs, écosystèmes et formats différents afin de segmenter le marché.

Bien plus que des formats différents, je pense (en tout cas pour les livres) que les DRMs nuisent à l'interopérabilité. Car au delà des problèmes techniques, qui sont souvent dépassée par les utilisateurs, les DRMs ajoutent une interdiction légale, qui elle est non seulement quasi-absolue, mais inefficace.


Mais si je vous écrit, ce n'est pas directement à ce sujet, mais celui de la *DIRECTIVE 2011/83/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL, du 25 octobre 2011* (http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:304:0064:0088:FR:PDF), qui devra être transposée avant le 13 décembre 2013 et appliquée avant le 13 Juin 2014.

Apparemment, elle sera transposée (au moins partiellement) dans la PPL Consommation. Le texte, après première lecture à l'Assemblée Nationale et au Sénat (http://www.senat.fr/leg/tas12-213.html), dispose notamment :

> « Art. L. 111-1. - Avant que le consommateur ne soit lié par un contrat de vente de biens ou de fourniture de services, le professionnel communique, de manière lisible et compréhensible, au consommateur les informations suivantes : 

>>«  1° Les caractéristiques essentielles du bien ou du service, compte tenu du support de communication utilisé et du bien ou service concerné ;
>
>[...]
>
>>« 4° Les informations relatives à son identité et à ses activités, pour autant qu'elles ne ressortent pas du contexte, ainsi que, s'il y a lieu, celles relatives aux garanties, aux fonctionnalités du contenu numérique et, le cas échéant, à son interopérabilité, à l'existence et aux modalités de mise en oeuvre des garanties et aux autres conditions contractuelles, dont la liste et le contenu sont fixés par décret en Conseil d'État.

En comparant toutefois avec le texte Européen (chapitre II article 5 et chapitre III article 6), au moins une information n'a pas été reportée :

>g) s’il y a lieu, les fonctionnalités du contenu numérique, y compris les mesures de protection technique applicables;
>
>h) s’il y a lieu, toute interopérabilité pertinente du contenu numérique avec certains matériels ou logiciels dont le professionnel a ou devrait raisonnablement avoir connaissance;

En effet, l'indication des mesures de protections techniques a disparu dans la PPL.
Je ne sais pas si elle sera mentionnée dans le décret du conseil d'état, mais j'espère que les députés sensibles aux question d'interopérabilité et de MPT (dont vous êtes) y seront attentifs.

J'ai des souvenirs de la législation DADVSI (du 1er aout 2006), passée en urgence pour répondre à une autre directive européenne, et où déjà les questions des MPT avaient été abordées (elles en étaient en fait le coeur).
Et déjà, elle prévoyait une indication de la présence des MTP dans son Article L331-10 CPI (initialement L331-12).

> Les conditions d'accès à la lecture d'une oeuvre, d'un vidéogramme, d'un programme ou d'un phonogramme et les limitations susceptibles d'être apportées au bénéfice de l'exception pour copie privée mentionnée au 2° de l'article L. 122-5 et au 2° de l'article L. 211-3 par la mise en oeuvre d'une mesure technique de protection doivent être portées à la connaissance de l'utilisateur.

Il est complété de l'article L.331-37 CPI

> "Un décret en Conseil d'Etat précise les conditions d'application de la présente sous-section. Il prévoit les modalités d'information des utilisateurs d'une oeuvre, d'un vidéogramme, d'un programme ou d'un phonogramme mentionnées à l'article L331-10."

Je n'ai pas trouvé de décret publié et précisant les conditions d'application tel qu'indiqué dans ce dernier article.

Alors que la législation protégeant les MPT contre le contournement est bel et bien vivante sous la surveillance de l'HADOPI, sa contrepartie minimale d'information des consommateurs est encore, 7 ans plus tard, aux abonnés absents.

Sans oublier que, régulièrement dans certaines boutiques numériques, des DRMs sont ajoutés à des oeuvres sans le consentement de l'éditeur. Là où l'affichage permet aux consommateurs avisés de choisir délibérément
des oeuvres sans DRMs, dans des boutiques qui n'en ajoutent pas, son absence revient à baillonner ces citoyens qui voudraient "voter avec leur portefeuille".

Devant la nouvelle version de la PPL consommation, je crains que cet état de fait ne soit encore prolongé, et s'il est possible de l'éviter, je pense que ce serait mieux, aussi bien pour les consommateurs que pour la Culture.

Je ne sais pas s'il est encore temps de proposer un amendement à la PPL, ni qui peut s'assurer (et comment) que les modalités d'informations des consommateurs seront bien présentes dans les décrets d'application, mais j'espère avoir atiré votre attention sur ce sujet.

Cordialement,



XXXXXXX/TheSFReader

Sunday, September 29, 2013

[Lecture]Reich d'Alain Paris

Présentation de l'éditeur :

« On ne peut vous blâmer de refuser l’évidence, dit Hitler. Les univers possibles sont infinis et il y a toutes les chances pour que vous ne regagniez jamais le vôtre. La réalité est là où vous vous trouvez. Elle est ici, en ce moment présent. Et, en ce moment présent, je prépare l’univers de demain tel qu’il sera fixé à jamais, que vous le souhaitiez ainsi ou non ! »
Cette uchronie met en scène une lutte à travers le temps pour empêcher Hitler de retourner la situation à son avantage ; ce roman est également un prologue au cycle extraordinaire d’Alain Paris, « Le Monde de la Terre Creuse », que vous retrouverez prochainement chez L’ivre-Book.
Saluons l’arrivée en numérique d’un grand auteur français de l’imaginaire.

Mon avis

J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une Lecture Commune sur le forum E-Lire.fr , et à vrai dire, je m'y prends au dernier moment pour donner un avis dessus, ce qui est assez contraire au principe même de la Lecture Commune. Je m'en excuse auprès de L'Ivre-Book et des autres participants de cette lecture.
Si je me suis inscrit, c'est en partie parce que j'avais lu (un peu plus jeune) le cycle du "Monde de la Terre Creuse", que j'avais joué au Jeux de Role qui en avait été tiré... et j'espérais en retrouver quelques éléments dans cette lecture. Malheureusement, si elles ont pour point commun le fait d'être des Uchronies, dont l'aiguillage est situé simultanément dans les deux cas, Reich n'a au final que peu de rapport avec la Terre Creuse.
Sur le style d'écriture, efficace, je n'ai pas beaucoup plus à dire, pas plus que sur les personnages principaux, vaguement sympathiques, mais sans rien à quoi nous attacher vraiment.
Par contre, un élément gênant pour la lecture commune, est qu'en fait l'histoire se prête assez peu à la découverte en commun, entre autre de peur des gros SPOILERS possibles, ce qui, associé à la durée assez faible de lecture, rend la discussion assez difficile. D'aileurs, attention, la section suivante est assez Spoileurisante.

SPOILER

Par contre, ce que j'ai bien aimé, c'est cette dérive progressive de l'histoire réelle, plan de réalité après plan de réalité,à chaque utilisation des systèmes de voyages ans le temps.
Je crois bien que c'est cette dérive qui justifie le rattachement à la Terre Creuse, puisqu'aucun personnage n'y revient vraiment. On voit également la mise en place d'un Reich à l'existence prolongée dans le futur... Loin dans le futur, mais également avec un retour de la civilisation à un niveau plutôt médiéval/renaissance.

Fin du SPOILER

Donc, un livre très sympathique, mais pas beaucoup plus. 3* tout juste. Et c'est bien dommage, car j'aurais voulu mieux remercier l'Ivre-Book pour son partage de ce livre, ouvert, sans DRM, que par cette chronique...

Tuesday, September 24, 2013

France, Europe, DRMs, Interoperability...

Last week, the French MP (Ecology) Isabelle Attard made a suggestion for a compromise on VAT as applied to ebooks.

Proposition:

So far, negociations had been blocked between France and the European Commission on the subject, with EC considering ebooks as a service and not a cultural product, hence not allowed to use the reduced VAT rate, whereas France (and Luxemburg) considers a book as a book, whether in print or electronic, in which case it is entitled to the lower rate.

She proposes a compromise, which could help everyone reach an agreement by differentiating between two types of merchants : if the ecosystem is closed (i.e. Amazon, Apple etc.), it clearly is a service, as detailed in the Terms of Use. Since they don't sell books, but a license/right to use inside of their devices/platforms, with no interoperability, they should be taxed with a normal rate VAT.

On the other hand, other actors who would sell interoperable/open files would benefit from the lower rate.

My opinion

I don't see it working at that level, since the big majority of publishers insist on DRMs, and any e-resellers who wants to reach mainstream customers will need to provide the DRMed files, hence restricting him to the High VAT rate.

On the other hand, if the granularity were per ebook, depending on the presence/absence of DRMs, it would work quite well, by forcing e-resellers to allow fine-grained per-title DRM activation(1), and publishers to restrict DRMs to where it really is mandatory.


Sources : Actualitte | DRM, écosystème fermé : une TVA forte contre Kindle et iPad
Scinfolex | Un objet qui ne respecte pas les droits du lecteur mérite-t-il de s’appeler livre ?


(1)which is not always the case, for example Amazon and Kobo use the same setting for each ebook by the same publisher, except through KDP/KWL

Tuesday, June 18, 2013

What kind of Idiot thought changing the text was OK ?


(Reaction to the "brand new idea" http://www.the-digital-reader.com/2013/06/13/new-drm-promises-to-ruin-a-good-ebook-in-the-name-of-protecting-it/ for watermarking ebooks by changes in the text)

There's DRM and DRM.

First one, you usually find out at Amazon's, Apple's and othere places is "Encryption based DRM", meaning, the reader needs a key of some sort to read. Usually this key is hidden inside of the readong platform.

Secondly, there's "Social DRM", where the ebook's content is changed to add information about the customer who purchased it, without locking anything. The ebook can be transferred, transformed, trans-formatted, without losing the personal identification.

Social DRM (aka Watermarking) schemes exist for a long time, some of them complicated and difficult to get rid of, other much more simple.
And hackers have so far NOT widely published solutions to bypass them as they did for encryption based DRMs.

Why ? because when they talk about DRM being bad, almost all of them are talking about Encryption based DRMs.

If you go and look at the major "anti-DRM tools" provider, you'll find out that they explicitely CHOOSE not to remove personally information, as they provide the tools for Personal use of the books and not for widespread dissemination. They EXPLICITELY don't touch the personal information already contained in the Encryption based Kindle DRMs...

All I'm saying is "Social DRM" doesn't have the same rejection as Encryption DRM has.
(http://www.mobileread.com/forums/showthread.php?t=192138)
And solutions already exist for Watermark. with I guess the same (if not lower) cost as Encryption based DRMs.

Just, big resellers don't use them. (some small ones DO).

What is proposed in the new scheme, is a new way to hide the personal information. While clever, it has NO respect for the authors.and readers (readers are accustomed to that though... DRM are widely used after all), and it adds NO additional value to existing schemes (such as http://www.booxtream.com/  (not afiliated in any way) or simply "home made" watermarks).

My only (and paranoïd) fear is that this IS published as a way to paint Social DRMs with a black mark and have authors/publishers flock towards encryption based DRMs again...

Monday, June 17, 2013

Review : STRAT by Tara Maya

Tara Maya is one of the first Self-Published authors whose books I've read, mainly her "Unfinished Song" series, which I've reviewed in the past too. Tara also had a guest post here, regarding barriers to international sales for ebooks. A great guest post BTW...

 So when she forwarded me STRAT, her latest Military SF book, I jumped on the occasion to read it.



I'll be quite short, since, unfortunately, I was a little bit disappointed. Not that it isn't good, just not on par with Tara Maya's best. The action is quite good, the tech has quite a few interesting twists, as does the plot. 
Unfortunately, I've had troubles relating to the hero, even if he's quite likeable. 

And also a small thing that just  bothered me along : the place of women in the story. I find they have too passive a role. Not in the background or anything like that, but they simply don't have much effect. 

Well, I give 3.5 stars for that one. And trust Tara will do better next time.


Sunday, June 2, 2013

En cours de déménagement...

Je vous ai parlé de e-lire.fr , cette communauté francophone sur la lecture numérique qui se crée en ce moment ?
Ben j'ai décidé d'y emménager. En tout cas, au moins la partie francophone de mes billets.

Pour l'instant, seuls mes nouveaux billets, qui vont être postés là bas. Mon premier y est déjà : Le Libraire et l'ebook (partie 1).

A terme, peut-être y transfererais-je mes anciens aussi. On verra...

Par contre, mes billets en anglais vont rester ici. Et ceux en bilingue ? Je trouverai un moyen.

Voilà, c'était la nouvelle du jour.